dimanche, Juil 21st

Vous êtes ici : Ouzbekistan Exploitation Lettre pour «Mademoiselle Jivago»

Lettre pour «Mademoiselle Jivago»

Facebook
21/10/2013 à 17h09
StudentMK Uzb
Chère Lara Fabian,
Vous arrivez à Tachkent. Je rêve tellement de venir à votre concert… mais je ne pourrai pas pour deux raisons...
Chère Lara Fabian,
Vous arrivez à Tachkent. Je rêve tellement de venir à votre concert… mais je ne pourrai pas pour deux raisons.
 
Je suis étudiant ; je fais mes études, en première année, à l’Université. Comme la plupart de vos admirateurs, je suis actuellement dans les champs de coton. Chaque jour je dois récolter 70 kg de coton [la norme]. Un kilogramme de coton est payé 117 Sum [la monnaie d’Ouzbékistan], soit 6 US cents, mais nous ne recevons pas d’argent. Nous devons régler quotidiennement 1,50 US dollar [1,50 $ = 3 200 Sum] pour nos repas. À la fin de la saison nous restons même parfois endettés devant l’État. Les produits d’alimentation qu’on nous distribue sont périmés. J’ai tenté de photographier la nourriture qu’on nous donne, mais les professeurs m’ont réprimandé et on me menace de me faire exclure de l’Université. Deuxième raison, je ne pourrais jamais acheter une place pour votre concert. Dans notre pays il y a beaucoup de chômeurs, dans notre ville ne fonctionne qu’une usine d’extraction d’huile ; d’autres usines et fabriques sont fermées parce que, chez nous, il n’y a pas de devise nationale ouzbek convertible, et les entreprises ne peuvent pas de ce fait s’approvisionner en matières premières indispensables à leur production. Dans les champs, nous n’avons pas la télévision ; ici il n’y a même pas d’éclairage convenable ; le local où nous vivons n’est pas non plus chauffé.
 
C’est avec plaisir, que j’ai vu votre dernier concert «Mademoiselle Jivago» à la télévision par câble. J’ai beaucoup aimé. Je vous souhaite tout le succès possible.
 
J’ai demandé aux défenseurs des droits de l’Homme de vous transmettre ma lettre ; ils connaissent mon nom. Je ne peux pas signer ouvertement ma lettre car je serais assurément exclu de l’Université, voire mis en prison, comme mon voisin qui a consulté des sites d’opposition sur Internet. En Ouzbékistan, il y a beaucoup de prisonniers politiques, des milliers. Je pense que vous serez intéressée d’apprendre qui sont vos vrais admirateurs et pourquoi ils ne peuvent pas venir à votre concert: c’est la raison qui m’a poussé à vous écrire.
 
J’espère que vous n’êtes pas uniquement une chanteuse de talent mais aussi une personne chaleureuse.
 
Votre admirateur,
Madamin